Mission Ngondi

Un Bijou Caché dans une forêt Artificielle

Par Frère Jacques P Gabia SVD  (2011)

Loin de nous l’idée de développer les pensées exégétiques sur cette mission, en se référant à la parabole du trésor caché dont parle Jésus dans Mt 13, 44. Nous voulons plutôt focaliser notre attention sur quelques paramètres énergétiques que possède cette mission.

screen shot 2019-01-22 at 1.48.25 pm

A titre de rappel, la mission Ngondi se trouve dans la province de Bandundu, précisément dans le district de Kwilu. Située à 350 km de la ville province de Kinshasa, sur la route nationale n°1 (Kinshasa – Kikwit), elle est habitée par les Missionnaires du V erbe Divin. En effet, la mission Ngondi est alimentée par une microcentrale hydroélectrique ayant une chute artificielle de 5 m de hauteur, d’une turbine du type SH 311 (750 tours par minute), d’ un petit alternateur de 18 kilos volts – ampères (kVA)… le barrage est implanté dans un ruisseau à un débit (quantité d’eau) de 480 litres par seconde.

Cependant, l’ enquête menée dans les archives du barrage nous conduit à affirmer que la centrale n’ était pas construite par des grands techniciens ou des ingénieurs polytechniciens comme on pouvait le croire. C’était juste l’initiative de 2 frères missionnaires du verbe divin, de nationalité Allemande et Autrichienne qui sont respectivement Ajusteur et menuisier (décédé en Juillet 2008), avec la collaboration de la société allemande OSSBERGER qui, par l’ entremise de ces deux frères avait reçu toutes les coordonnées possibles du site et qui, par la suite, avait expédié les matériels appropriés pour faire fonctionner ce barrage.

Aujourd’hui (2019), il est à sa 35 ème année d’ existence ayant la capacité de recevoir plus de 30 personnes pour les retraites, sessions, séminaires, conférences… il alimente également une menuiserie moderne et un garage qui répondent facilement aux besoins de la population de ce coin du pays, voire les usagers (automobilistes) de la route Kinshasa – Kikwit. Demandons- nous aujourd’ hui,

 

La République Démocratique du Congo en soi, manque-t-elle des rivières ou des ruisseaux comme celui-ci ? Est-ce que notre pays manque-t-il des moyens pour pouvoir implanter ces microcentrales non polluantes pour l’intérêt de la population? Le ministère de l’ Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) avec ses éminents professeurs ne lancent-ils pas des ingénieurs chaque année et qui sont aujourd’hui en chômage par manque d’initiative ? Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne prenons-nous pas le risque de commencer des projets si importants comme celui-ci ? Nous savons que vous serez d’accord avec nous de dire que, la volonté y est, mais les moyens financiers nous manquent. Alors ces gens pour qui nous dansons et chantons jour et nuit (Boss, Grand prêtre, Mopao, ye moko, papa bonheur…) sont-ils incapables de soutenir des projets humanitaires comme le nôtre ? au lieu de jeter l’argent dans les futilités comme un semeur dans un champ de blé…

Avec une conscience pieuse, nous espérons imiter d’une manière ou d’ une autre ces braves missionnaires « étrangers » qui ont effectué un travail de longue haleine pour la modernisation de ce coin de la République. Car, si les congolais arrivent à profiter du soleil, du vent et des rivières qui sont à leur possession en les transformant en d’autres formes d’énergies consommables par la population, en mettant également la parole de Dieu en pratique, le Congo sera vraiment un paradis terrestre. Et un vrai chrétien d’ aujourd’ hui doit être celui qui lit la Bible d’une main et le journal dans l’ autre main. Disait leè P. Jean Pierre Caussade, sj. (18 S).

Advertisements

One comment

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.