De la croix à la résurrection

(Antenne 39, bulletin des novices SVD au Congo)

Hier le verbe s’était fait chair (parole de Dieu devenue homme et il habita parmi les Hommes). Aujourd’hui c’est le même homme que les Hommes bafouent, qu’ils outragent, sur qui ils crachent sans croire en lui, en sa qualité du fils de Dieu, bien qu’il ait accompli plusieurs miracles au nom de son Père (guérisons, résurrections etc.). Crucifié sans défense, (mort en croix) et enterré ; le voici ressuscité et en train de revenir dans la splendeur que nul ne peut arrêter.

La gloire et la persévérance que les chrétiens reçoivent de la résurrection viennent par la croix et les invitent aussi à la croix dont ils se chargeront constamment jusqu’à la fin de leur pèlerinage sur terre.

Réservée aux criminels et malfaiteurs, la mort de Jésus en croix renverse les faits. Folie et scandale pour ceux qui se perdent (1 Cor, 23), la croix est désormais un symbole salvifique auquel le Christ invite tous ceux qui désirent le suivre, afin d’être glorifiés avec Lui.

L’inaccessibilité à la suite du Christ serait issue du fait que, beaucoup se conduisent en ennemis de la croix (veulent le suivre en excluant la croix et le sacrifice). L ’adhésion de notre univers à un idéal de joie facile sans sacrifice l’écarte de la réalité du Christ en croix.

Les paramètres suivants peuvent nous orienter vers une découverte : l’homme aspire constamment au pur plaisir. Celui qui ne travaille pas rêve les richesses, les homosexuels rêvent l’adoption d’un enfant ; l’étudiant, l’élève sans sacrifice pour les études, aspire à la réussite; par quel moyen?…le monde inondé des publicités, nous séduit à une consommation excessive, il présente toujours le goût de renouveler ce qu’on possède, un même appareil peut être acheté plusieurs fois le mois pour vu qu’on y ajoute un paramètre de plus.

N’est-ce pas la croix c’est aussi penser à l’ autre le plus souffrant que soi ? Notre monde envahit par la soif du pouvoir, on sacrifie l’autre pour les honneurs individuels et éphémères, quand bien même on est dans l’incapacité de diriger on désire y demeurer. Que chacun fasse une introspection qui lui permettra de prendre sa croix et renoncer à ce qui envahit son âme, l’empêchant à ressusciter avec le Christ.

Chers lecteurs, Par la croix s’est achevé en effet l’abaissement de Dieu, qui a débuté par l’incarnation de Jésus et sa naissance dans la crèche. Cependant, il brille désormais dans une splendeur éternelle.

C’est pourquoi la croix n’est plus une affaire de gêne ni de ridicule mais elle conduit à la résurrection. Par elle nous obtenons la bénédiction de Dieu, laquelle nécessite notre accord, acceptant volontiers le sacrifice et le portement de notre croix quotidienne (vouloir sans cesse la vie de l’autre dans l’amour). Ainsi, qui et où que nous soyons, quoi que nous fassions, le Christ nous invite à ressusciter avec lui par la croix que nous porterons inlassablement, à laquelle nous nous identifierons quotidiennement pour une gloire effective. 

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.